AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sweet - older by the minute

avatar
◆ Minutes : 12
◆ Erre ici depuis : 20/10/2017

◆ Âge : 33 ans
◆ Métier : Gynécologue, enfin peut-être à nouveau, bientôt

◆ Dispo RP : libre

◆ Avatar : Alexander Skarsgard
◆ Crédits : lolitaes (ava)

Sujet: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Ven 20 Oct 2017 - 18:23

Sören Diesbach


âge ◆ 33 ans
nationalité ◆ allemand, suisse de coeur pourtant, car c'est là qu'il a presque toujours vécu.
en ville depuis ◆ quelques jours à peine, légèrement forcé par la matriarche de la famille.
métier ◆ gynécologue-obstétricien de formation, il est spécialisé dans le suivi de grossesse et a jadis pris un plaisir un peu coupable à s'occuper de grossesses à risque... jusqu'à ce qu'il soit personnellement touché. Chômeur depuis un certain temps cependant, l'homme réfléchit doucement à reprendre ses activités.

situation matrimoniale ◆ veuf
orientation sexuelle ◆ bisexuel

groupe ◆ sweet
avatar ◆ alexander skarsgard
le temps ◆ il passe, laissant sa marque sur la peau de Sören qui, sans plus se tracasser, accepte son sort avec philosophie. Après tout, le médecin s'attache à la science, au concret, laissant peu de place à ce qu'il appelle une fantaisie. Et bien qu'il n'y ait plus de place pour le scepticisme, il préfère suivre le chemin que la nature a tracé, le chemin explicable. La solution rationnelle.

caractère ◆ si la dépression s'est installée profondément dans les entrailles de notre homme, le monde entier ne pourrait rien en deviner. Souriant, sympathique et charismatique, Sören semble tout à fait sain d'esprit et quiconque ne le connaissant pas se retrouverait bien étonné d'apprendre la tourmente qu'il tente de fuir depuis qu'il a posé les pieds à Vejle, bien décidé dans un optimisme récent à laisser derrière lui la Suisse et l'enfer qu'elle représente à présent à ses yeux. Le blond laisse alors peu de place à ses véritables émotions pour les remplacer petit à petit par d'autres, moins néfastes. Il retrouve peu à peu sa sociabilité, son envie de science, d'avancer dans la vie, au moins un minimum.


meet the player
pseudo et âge ◆ twisted - 21 ans

code du règlement ◆ OK by Noah
déjà un compte ? ◆ nope
où avez-vous connu le forum ? ◆ sur prd. Ou bazzart ? Fin, un forum de pub en tout cas, j'ai visité les deux en cherchant un fo et je sais plus  cache
un commentaire ? ◆ BONGEOURRE :face: (ma fiche est pas fort remplie mais je m'y mets ce soir, promis ♥️ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sweet - older by the minute

avatar
◆ Minutes : 12
◆ Erre ici depuis : 20/10/2017

◆ Âge : 33 ans
◆ Métier : Gynécologue, enfin peut-être à nouveau, bientôt

◆ Dispo RP : libre

◆ Avatar : Alexander Skarsgard
◆ Crédits : lolitaes (ava)

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Ven 20 Oct 2017 - 18:23


this is our story
her name was annabel, i say her name was annabel (clique)

« Dehors. » ◆ Mon regard bondit entre le moniteur et l’homme qui, de glace, fait semblant de ne pas m’entendre. Il sort les beaux discours à Anna, tourne autour du pot, ça m’angoisse. « J’ai dit : dehors. » Et enfin, il daigne lever les yeux sur moi, avec son air exaspéré. Il enlève ses lunettes qu’il range religieusement dans la poche de sa veste et, dans un long soupir, m’accompagne dans le couloir. Et j’explose. « Vous comptez lui dire quand ? » « Je compte lui dire avec tact. » Mon regard lance des éclairs. J’ai l’impression de devoir faire le travail à sa place tout en ayant à encaisser la nouvelle. Je suis dévasté et les mots que je prononce ensuite ont beaucoup de mal à franchir la boule de larmes qui se forme dans ma gorge. « Si le cœur ne bat plus, il ne bat plus. Elle l’a remarqué toute seule puisqu'elle vous pose des questions. Vous gagnez du temps, là. » A son tour, le médecin s’emporte, se vexe. « Il fallait la suivre vous-même, si ma façon de faire ne vous plaît pas, monsieur Diesbach. Écoutez, quel âge avez-vous ? Trente ans ? Vous sortez de l’école, ne m’apprenez pas mon métier. Je lui dirai bien assez tôt. »

Voilà pourquoi j’avais décidé de demander à Anna d’être suivie par quelqu’un d’autre que moi : pour éviter de devoir gérer ce genre de situations. Je voulais avoir le droit d’être ramassé à la cuillère, moi aussi, le droit de ne pas avoir à annoncer à ma femme qu’elle accoucherait à vingt-sept semaines d’un enfant décédé et celui de ne pas assumer la nouvelle. Du tout. De nous deux, je dois être celui qui a le plus mal vécu la perte, étonnamment. C’est une fois à la maison que je m’en suis rendu compte. Si mon visage s’est fermé, refusant de prononcer le moindre mot, Anna, quant à elle, a toujours été plus philosophe. Une chirurgienne attentive qui, je pense, a toujours eu la capacité de relativiser dans les situations les plus compliquées. « Chéri, ça ira. Je le sentais, on le sentait, on s’était préparés. » Je sais qu’elle crève de douleur à l’intérieur. Je le vois dans son regard, dans ses yeux brillants sans lueur, pourtant je ne dis rien. Mon front se pose sur le sien et une main vient se perdre sur son ventre, encore rond, plus pour longtemps. Comment supporte-t-elle ce ventre qui abrite ce qui est déjà supposé être un souvenir si déjà moi je ne m’en sors pas ? « J’ai l’habitude d’annoncer ce genre de nouvelles, Anna. » « Pas de le vivre. Je sais. Moi non plus. » Toujours le front collé au sien, je secoue la tête et elle se dégage doucement pour enfouir son visage dans mon cou. La chaleur de ses larmes silencieuses me brûle la peau tandis que je ne peux rien faire. Rien d’autre qu’entremêler mes doigts dans ses cheveux roux en ravalant les miennes, de larmes, alors que ma descente aux enfers commence.

Je ne suis pas prêt à faire face à mon propre métier. Fasciné par les grossesses à risques, j’ai commencé à en faire ma spécialisation lors de mes stages de dernière année. Pourtant, je n’aurais jamais osé imaginer me mettre un jour à la place de ces familles qui perdent leur bébé. Encore moins alors que la grossesse d’Anna se passait plus que bien jusqu’à la semaine précédente où nous avions commencé à ne plus sentir notre fille. « Comment on va faire ? » Soupir de sa part. Une main délicate effleure ma joue. « Attendre, Sören. On va attendre. »

Je m’enfonce ◆ dans le flou de l’alcool, découvert un soir comme les autres et dont je ne peux bizarrement plus me passer sans évidemment me rendre compte que j’en abuse. Beaucoup. Mais j’aime la sensation de confusion qu’il procure. Et comme d’habitude, oui, je vais me perdre dans ce bar reculé où personne ne me verra pendant des heures, perdant la notion du temps, oubliant que je n’habite pas seul, me prenant presque parfois à pester sur la rousse qui partage mon lit et que je ne sais plus comment aimer, elle qui va de l’avant au lieu de continuer à survivre péniblement comme je le fais. Car je sais pertinemment que si la perte de cette femme me rendrait plus fou que je ne le suis déjà, je ne sais pas comment faire pour ne pas m’en vouloir, avoir sans arrêt l’impression de la détruire plus qu’autre chose à refuser de passer au-dessus de la perte de notre bébé. Je ne sais pas comment m’y prendre. Elle me parle de réessayer, ce qui contribue à mon angoisse. Et à mon besoin de ne pas rentrer chez moi, pour ne pas lui faire face, pour sauver quelques instants, en reportant à plus tard la tonne de soucis qui s’amassent sur mes épaules.

Je ne veux pas de second bébé. De nouvel essai. De peu importe comment appeler ça. J’ai beaucoup trop peur que ça recommence. « On va fermer, Diesbach. Grouille. » L’heure est proche, cependant. J’acquiesce sans trop répondre au barman, perdant mon regard dans l’ambre du whisky que je tiens fermement d’une main depuis plusieurs minutes maintenant, perdu dans mes pensées alcoolisées. Le cliquetis des clés dans la main de l’homme me rappelle qu’on m’attend et je le termine cul sec tout en me relevant péniblement, les jambes ankylosée d’être trop resté assis et la tête qui tourne. Je claque le verre vide sur le comptoir et sors en titubant légèrement, craignant déjà la suite des évènements.

« T’étais où ? » sa voix, sèche, déterminée, alors que j’ai à peine passé la porte. « Anna… » « Non, attends, deuxième fois : tu étais ? » Je soupire, comprenant que je n’y échapperai pas. « Et ne me sors pas que tu faisais des heures sup’, aucune femme n’a envie d’aller se faire fouiller là-dessous, alors je refuse de croire qu’une d’entre elle ait pu vouloir d’un rendez-vous à deux heures du matin ! » Je titube vers le canapé et je vois ses yeux se lever au ciel. Elle n’est pas bête, elle sait qu’il m’arrive d’éteindre mon téléphone et d’aller boire, que ça m’arrive bien trop souvent pour être raisonnable et que ça devient un réel problème. Alors, je m’assieds et je la regarde, sans un mot, parce que je n’arrive pas à les trouver. « Tu sais quoi, Sören ? T’as besoin d’aide. » J’acquiesce. « Ouais, je sais. » Un rire sans joie lui échappe alors qu’elle se détourne de moi, pour ne pas me voir tanguer sur le canapé, probablement. « Tu sais. Tu. Sais ! La belle affaire ! Ca fait six mois, SIX FOUTUS MOIS, tu penses pas qu’il est temps de passer au-dessus ou en tout cas d’aller… je sais pas, moi, consulter quelqu’un ?! » Grimace. La tension monte, comme une boule d’adrénaline, de mon ventre à ma tête en deux secondes. Je me lève, titubant encore, pointant le doigt vers ma femme. « Naaan, j’irai pas… Anna, j’irai pas consulter, ok ? J’ai pas besoin d’aller consulter. » « Ah non ? » Sourcils froncés, elle se retourne vers moi et fais quelques pas en avant, comme pour me mettre au défi. « Non, par contre tu sais ce dont j’ai besoin ? J’ai besoin que tu me lâches la putain de grappe, Anna, lâche-moi, fous-moi la paix. Je sais pas comment tu fais mais… j’suis pas comme toi et j’y arrive pas, alors laisse-moi faire, bordel, arrête de me faire la morale et laisse-moi ! »

Le ton monte, beaucoup trop vite, beaucoup trop fort. Mon poing dans le mur aussi, est arrivé trop vite et trop fort, après encore quelques minutes de cet échange ridicule et sous influence de l’alcool. « Quel con. », je l’entends grommeler alors que je contemple avec stupeur les jointures ensanglantées de mes poings et la trace, légère, qu’ils ont laissé dans le mur. « Dors sur le canapé, Sören Diesbach. T’es pas capable de monter l’escalier et c’est pas moi qui t’aiderai. » Clair, net. Radical. Mon presque quotidien depuis plusieurs semaines… et pour encore plusieurs semaines ensuite.

« Et donc,vous vous réveillez un beau matin avec aucun souvenir et une femme égorgée et vous pensez franchement que vous n’êtes pas louche ? » Menotté, je suis cuisiné depuis des heures. Je suis fatigué, anéanti, j’ai comme unique envie celle de m’allonger en PLS et pleurer toutes les larmes de mon corps. À la place, j’ai droit à une chaise des plus inconfortables et des menottes qui m’arrachent la peau des poignets. « Puisque je vous dis que je ne sais pas… d’accord ? Je sais pas. » Longs soupirs. L’un de moi. L’autre de l’inspecteur qui vient de me rejoindre, prenant la place de celui qui était là avant, comme s’il allait réussir à me faire parler. « On reprend depuis le début, Diesbach. » Je lève les yeux au ciel. « J’ai déjà repris quatre fois depuis le début. Je l’ai dit à votre collègue : je dormais sur le canapé, on s’était disputés la veille et je suis encore rentré ivre, je suis pas allé plus loin que ce foutu canapé et le lendemain quand j’ai vu qu’elle se levait pas… je suis allé voir. Et je l’ai vue. Et c’est tout, c’est tout, je vous jure. Laissez-moi… » Il ne me croit pas. Personne ne me croit. Il y a une lueur triomphante dans le regard de ce policier qui me donne, pour de vrai cette fois-ci, des envies de meurtre. Je veux rentrer chez moi. N’importe où mais sortir d’ici. « Vous vous disputiez souvent ? » « Ca arrivait, oui. » « Souvent ? » Il insiste. « Fréquemment, oui. Depuis quelques mois. Hey, je vous vois venir, j’ai jamais eu envie de… » « De la tuer ? Oh, non, on n’en a jamais envie, puis on rentre bourré et on perd nos moyens. Classique. »

Des heures et des heures, je me fais interroger, ressassant les mêmes choses encore et encore. On me demande de chercher dans mes souvenirs, on me dit que mon cerveau a occulté tout cela parce que j’ai simplement perdu mon sang-froid, qu’il se pourrait que je plaide l’homicide involontaire et qu’on négocierait une sortie plus rapide, quelques années de sursis.

« Vous savez, moi aussi, parfois, j’ai déjà eu envie de tuer ma femme. Je l’ai jamais fait, attention, mais je dis juste que… c’est normal, vous savez. Les femmes… Elles sont toujours… casse-pieds, je comprends. Je comprendrais si vous me disiez que vous avez perdu vos moyens. Vous n’en avez jamais rêvé ? » Je veux que ça s’arrête, je n’attends que ça. C’est au moins le quatrième inspecteur qui m’interroge. Je suis là depuis des heures, je n’ai pas eu la moindre minute de sommeil depuis vingt-quatre heures et je fatigue tellement que je suis à deux doigts de lui dire ce qu’il veut entendre juste pour qu’il me foute la paix. Mon cerveau bataille entre l’envie d’abandonner et celui de trouver le vrai coupable de cette histoire. Alors je fourre ma tête entre mes genoux et je me tais. « Sören, je comprendrais. » Il répète, encore et encore. « Arrêtez. S’il vous plaît, arrêtez, laissez-moi… dormir. Je veux dormir. »

C’est comme ça qu’il m’a enfin fichu la paix. Et que j’ai échappé à la prison parce que mon alibi a été confirmé durant le peu d’heures de sommeil qu’on m’a autorisé à prendre. J’ai cru devenir fou… Peut-être que je le suis devenu.

J’ai testé pour vous : ◆ tout perdre grâce à une garde à vue. Non pas que je n’aie pas essayé de garder la tête hors de l’eau, de remonter la pente, ou de tenter, du moins. Mais avec une accusation de meurtre sur les bras, ma propre femme de surcroît, et uniquement acquitté grâce à la preuve que j’avais passé une bonne partie de la nuit – dont l’heure présumée de l’assassinat – dans un bar comme le dernier des alcooliques… Il n’y a plus grand-chose pour attirer la clientèle. Et si la Suisse est un petit pays, les nouvelles y vont vite. J’ai donc essayé de garder le cabinet ouvert, sans succès. Après quatre, cinq mois à galérer avec les quelques clientes qui passaient outre les rumeurs sur mon compte, j’ai dû me rendre à l’évidence et tout fermer. Tout fermer, tout arrêter. De quoi ajouter une couche bien épaisse de noirceur à ma dépression. Et une autre, tout aussi épaisse, de rumeurs à ajouter à ma réputation déclinante.

« Hey, tout va bien ? Ca fait un bail… » Je jette un œil distrait à mon téléphone lorsque ce dernier vibre. Trop peu, ces derniers temps. C’est Noah. Je ne peux pas ne pas répondre à Noah. Déjà que l’époque où je lui donnais des nouvelles de moi-même est révolue depuis un moment déjà, si je ne lui en fournis pas lorsqu’il en réclame, je serai vraiment le dernier des cons. Alors, allongé sur mon lit d’hôpital, encore faible et nauséeux, je tape difficilement : « Oui, ça fait longtemps. Je vais bien. Et toi ? » Je. Vais. Bien. Trois mots qui ne veulent plus rien dire, mais le Diesbach a-t-il besoin de savoir que j’ai avalé un peu trop de médicaments avec un peu trop d’alcool hier soir ? Que je ne m’en suis sorti que parce que la vieille commère qui me sert de voisine m’a retrouvé sur le pas de ma porte d’entrée ? Non. Clairement, Noah n’a pas que ça à faire. « Moi aussi. T’es sûr que ça va ? » Soupir. Non, ça ne va pas. Pas vraiment. Mais maintenant qu’il est au fin fond du Danemark, que peut-il y faire, de toute manière ? « Yep. Je t’appelle plus tard, mes rendez-vous reprennent. » Ai-je délibérément oublié de lui mentionner la fermeture de mon cabinet ? Oui, absolument. Ai-je la moindre once de remords ? Evidemment, mais je m’accroche à l’idée que je rouvrirai un jour. Et pour être tout à fait honnête, j’apprécie pouvoir me cacher derrière une soi-disant occupation pour éviter de parler, retarder le moment où je devrai décrocher le téléphone et retrouver un semblant de consistance.

« Alors, monsieur Diesbach, comment ça va ce matin ? »
L’infirmier m’approche avec ce sourire angélique que je suis bien incapable de lui rendre. « Comme si j’avais la pire gueule de bois de ma vie. », je me contente de répondre avec une grimace. D’un côté, c’est à peu près ça. J’ai l’estomac vide, qui fait des bonds, et une migraine qui lance jusque dans les oreilles. « Vous pourrez manger un peu ce soir. Je venais voir comment ça se passe, pour vous. Vous savez qu’on va vous garder quelques jours ? » « Pour éviter que je recommence ? » Nouveau sourire de l’homme. Sourire sans joie. « Précisément. Vous allez être suivi, pour… » Pour ma dépression profonde et mes envies suicidaires. Très bien. Je suis à présent malade mental. « Ouais. » Que répondre d’autre ? « Bref. N’hésitez pas s’il vous faut quoi que ce soit. »

Un foutu remède ? Un changement total d’identité ? Un retour à zéro ? Ou un TARDIS. Pourquoi pas, après tout ?

Le Danemark. ◆ Précisément ce dont j’avais besoin. Je me refusais l’idée même de changer de vie un jour, mais à présent que je suis au pied du mur, il y a une lueur et moi qui a décidé de montrer qu’elle existe. Qu’elle est là. Un peu d’espoir de reprendre un jour une vie normale. Genève a été mon enfer personnel et l’est toujours. Et si la Suisse est à présent derrière-moi, j’ai compris.

J’ai compris après une mure réflexion qu’ici, je ne suis personne. Ni le gynécologue passionné en pleine conquête de la ville, ni le jeune homme brisé qui a perdu son bébé, ni le potentiel meurtrier de sa propre femme. Recommencer à zéro, ailleurs, l’idée même de m’en aller à tout jamais a suffi pour faire renaître en moi l’envie de me bouger les fesses et de m’en sortir. Et parfois, je me sens con de n’avoir pas pensé à me barrer plus tôt.

La vie continue. Loin de mes démons, je m’autorise enfin à revivre. Lentement, certes, mais surtout sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sweet - mortal admin

avatar
◆ Minutes : 136
◆ Erre ici depuis : 14/08/2017

◆ Âge : 33 ans
◆ Métier : étudiant en littérature, oui c'est lui le vieux des bancs de la fac

◆ Dispo RP : Disponible, 2/4 : Sophia, Emrik

◆ Avatar : Chris Hemsworth
◆ DC : Ava, la super maman ; Grace, la super star & Len', le super comptable
◆ Crédits : moose

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Ven 20 Oct 2017 - 19:05

wow wow pumpitup blaz bigcoeur
Bienvenue sur le forum et plein de smiley pour ta personne pumpitup
Si tu as des questions sur le forum, sur le Noah, sur la famille Diesbach... n’hésite pas bul
Je réponds à mes MPs de jour comme de nuit,
Je te souhaite une rédaction inspirée dans tous les cas dance

_________________
take the time to waste a moment, facing where the lines are broken, name your price to all this living...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://signofthetimes.forumactif.com/t6-noah-my-luck-my-love-my-god-they-came-from-pain http://signofthetimes.forumactif.com/t60-what-you-gonna-do-now
sweet - older by the minute

avatar
◆ Minutes : 12
◆ Erre ici depuis : 20/10/2017

◆ Âge : 33 ans
◆ Métier : Gynécologue, enfin peut-être à nouveau, bientôt

◆ Dispo RP : libre

◆ Avatar : Alexander Skarsgard
◆ Crédits : lolitaes (ava)

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Ven 20 Oct 2017 - 21:31

Merciiiiiiiiii bigcoeur

Je t'avoue que je vais déjà venir pourrir ta boite à mp pour ne pas dire de grosses débilités dans ma fiche dance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sweet - older by the minute

avatar
◆ Minutes : 48
◆ Erre ici depuis : 18/10/2017

◆ Âge : 30 ans
◆ Métier : journaliste freelance sous couverture en tant que serveuse au charly's pub. administre anonymement le blog tick of time

◆ Dispo RP : disponible

◆ Avatar : alicia vikander
◆ DC : aucun
◆ Crédits : glass skin.

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Ven 20 Oct 2017 - 21:39

Bienvenue ici  aw
Courage et inspiration pour la rédaction de ta fichette !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://signofthetimes.forumactif.com/t77-nicola-evelyn-steer-tick-of-time http://signofthetimes.forumactif.com/t84-nicola-evelyn-steer-clocks-go-forward
sweet - older by the minute

avatar
◆ Minutes : 12
◆ Erre ici depuis : 20/10/2017

◆ Âge : 33 ans
◆ Métier : Gynécologue, enfin peut-être à nouveau, bientôt

◆ Dispo RP : libre

◆ Avatar : Alexander Skarsgard
◆ Crédits : lolitaes (ava)

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Ven 20 Oct 2017 - 22:28

Merciiii chef
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sweet - older by the minute

avatar
◆ Minutes : 79
◆ Erre ici depuis : 07/10/2017

◆ Âge : 55 ans
◆ Métier : directeur de cabinet du maire de la ville

◆ Dispo RP : pas encore

◆ Avatar : Peter Capaldi
◆ DC : no(t yet)
◆ Crédits : © shiya (avatar)

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Sam 21 Oct 2017 - 17:10

Bienvenue sur le forum leche
Bon courage pour ta fiche pumpitup pumpitup

_________________

Draco dormiens nunquam titillandus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://signofthetimes.forumactif.com/t72-ivo-gabriel-aux-sombres-heros-de-l-amer#197 http://signofthetimes.forumactif.com/t75-ivo-gabriel-don-t-keep-calm-and-carry-on#244
sweet - older by the minute

avatar
◆ Minutes : 12
◆ Erre ici depuis : 20/10/2017

◆ Âge : 33 ans
◆ Métier : Gynécologue, enfin peut-être à nouveau, bientôt

◆ Dispo RP : libre

◆ Avatar : Alexander Skarsgard
◆ Crédits : lolitaes (ava)

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Sam 21 Oct 2017 - 21:10

OMG Capaldi excited

Merciiiiiii ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
creature - frozen admin

avatar
◆ Minutes : 36
◆ Erre ici depuis : 14/08/2017

◆ Âge : 21 bougies, dont certaines qu'il n'a jamais failli souffler.
◆ Métier : Étudiant dans une école de danse

◆ Dispo RP : Libre comme l'air et c'est ça qui est bon

◆ Avatar : Troye Sivan
◆ DC : Luke, le militaire, et d'autres qui arrivent
◆ Crédits : jenesaisplus

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Dim 22 Oct 2017 - 22:28

brille brille brille

Un autre grand Diesbach dans le coin hehe
Bienvenue parmi nous, et n'hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit cray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://signofthetimes.forumactif.com/t7-emrik-all-i-needed-was-another-day#9 http://signofthetimes.forumactif.com/t7-emrik-all-i-needed-was-another-day#9
sweet - older by the minute

avatar
◆ Minutes : 12
◆ Erre ici depuis : 20/10/2017

◆ Âge : 33 ans
◆ Métier : Gynécologue, enfin peut-être à nouveau, bientôt

◆ Dispo RP : libre

◆ Avatar : Alexander Skarsgard
◆ Crédits : lolitaes (ava)

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Lun 23 Oct 2017 - 18:15

sombrero THANKS !

Promis, j'essaie de faire au plus vite ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sweet - mortal admin

avatar
◆ Minutes : 136
◆ Erre ici depuis : 14/08/2017

◆ Âge : 33 ans
◆ Métier : étudiant en littérature, oui c'est lui le vieux des bancs de la fac

◆ Dispo RP : Disponible, 2/4 : Sophia, Emrik

◆ Avatar : Chris Hemsworth
◆ DC : Ava, la super maman ; Grace, la super star & Len', le super comptable
◆ Crédits : moose

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all — Mer 25 Oct 2017 - 1:44


congratulations !
félicitations, tu es officiellement validé

Une fiche très bien écrite, tu as compris le personnage... donc bienvenue dans le clan Diesbach  bigcoeur  bigcoeur  bigcoeur  bigcoeur  

bienvenue et bravo à toi ◆ te voilà validé !

Tu fais maintenant partie de la vénérable troupe des Vejliens et tu as gagné le droit de venir errer avec nous pour l'éternité !

Mais n'oublie pas non plus de t'occuper de certains détails pour que ta vie ici te soit plus agréable...

Tu peux d'abord poser tes valises en te trouvant un logement dans le quartier de ton choix. Il te faudra ensuite tisser des liens avec les autres personnages, et tu pourras faire une demande de rp dans la foulée !

N'oublie pas que nous demandons un minimum d'un RP par mois sur le forum et qu'il faudra donc poster dans le recensement tous les mois (à partir du mois suivant si tu as été validé(e) après le 20 du mois en cours).

Enfin, n'hésite pas à venir voter pour le forum ou flooder avec nous car c'est maintenant possible! Longue vie à toi sur SOTT, en espèrant que tu passeras d'agréables moments par ici. Après tout, les rues de Vejle sont réputées pour être calmes, pas vrai ?...

_________________
take the time to waste a moment, facing where the lines are broken, name your price to all this living...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://signofthetimes.forumactif.com/t6-noah-my-luck-my-love-my-god-they-came-from-pain http://signofthetimes.forumactif.com/t60-what-you-gonna-do-now


Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all —

Revenir en haut Aller en bas
 
Sören - i'm dying to feel again, oh, anything at all
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dying to feel again ▬ Lexa
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sign Of The Times :: Countdown :: Registre :: Habitants de Vejle-